lundi 23 janvier 2017

Les valises

Couverture Les valises
Auteur: Sève Laurent-Fajal
Ed: Gallimard/Scripto
Sortie: septembre 2016
Genre: Contemporain
Pages: 320
Synopsis
Ce dimanche de 1982 dans le car qui emmène sa classe, Sarah n'est pas de bonne humeur. Sa meilleure amie, Josy, ne lui parle plus. Ce frimeur de Jérôme avec sa cour l'exaspère. Et ce voyage scolaire pour aller voir les barbelés d'Auschwitz est interminable. Mais sur place, devant un amoncellement de valises exposées dans une vitrine, elle est bouleversée. Un nom écrit à la craie sur l'une d'elles la saisit jusqu'au malaise: Levin. De retour chez elle, Sarah est déterminée à obtenir les réponses aux questions qu'elle se pose depuis toujours: qui est son père? Pourquoi ne l'a-t-elle jamais vu? Pourquoi sa mère est-elle incapable d'en parler.

Mon avis

Je remercie avant tout mon amie Cathy qui m'a offert ce livre pour noël. Elle ne  pouvait pas mieux tomber, celui-ci était dans ma wish-list et j'avais hâte de pouvoir le lire. Il a été mon premier livre lu pour 2017 et j'ai versé mes premières larmes de "lecture" sur cette magnifique et bouleversante histoire. Une histoire pleine d'émotions, chargée d'Histoire! 

Sarah est une jeune adolescente qui vit avec sa mère, elle ne sait rien sur ses racines, sur son père, sur sa famille. Sa mère est très silencieuse, toujours en retrait voir quasi absente. Sarah va grandir seule et se sent terriblement isolée. 

Mais le jour d'une visite scolaire à Auschwitz, Sarah va se retrouver confrontée à ce passé, au détour d'une vitrine qui regorge de valises, un nom écrit à la craie va tout changer pour Sarah, sa vie est à présent chamboulée. Elle veut des réponses à ses questions légitimes mais un drame va venir se mettre en travers de son chemin. Sa vie ne tient plus qu'à un fil, il est impératif pour elle d'en savoir plus.

Sarah est une jeune fille terriblement courageuse au vue de tous les événements qui jalonnent son existence. Elle fait preuve d'une grande maturité, mais je pense que c'est souvent le lot des enfants seuls et qui doivent grandir plus vite que les autres. Elle ne peut se permettre de pleurer sur son sort, elle doit avancer peu importe les embûches. 

Grâce à Jérome, son amoureux et surtout grâce à son professeur d'histoire, Sarah va pouvoir avancer dans sa quête de vérité, dans la recherche concernant ses racines. Le destin fera encore des siennes mais Sarah est forte, bien plus forte qu'elle ne le croit. 

Une magnifique histoire touchante dont l'Histoire, les secrets de famille sont le fil conducteur. Merci Cathy, j'ai passé un moment très émouvant pendant ma lecture.

dimanche 22 janvier 2017

La chambre d'ami

Couverture La chambre d'ami
Auteur: James Lasdun
Ed: Sonatine
Sortie: mars 2017
Genre: Thriller
Pages: 288
Synopsis
Entre Françoise Sagan et Patricia Highsmith, un huis clos délicieusement pervers ! Imaginez un cadre de rêve : une luxueuse résidence d’été au milieu des montagnes. Placez-y un trio de personnages troubles : Charlie, un riche banquier new-yorkais, sa femme Chloe et Matthew, le cousin de Charlie, un cuisinier dont l’existence part un peu à la dérive. Le décor est posé, les pièces sur l’échiquier. En dire plus serait criminel.
Passion, drame, trahison, adultère, meurtre : rien ne manquera à votre plaisir. Avec cette peinture d’un couple bourgeois qui, sous des apparences parfaites, recèle bien des secrets et des mensonges, James Lasdun évoque à la fois les univers de Françoise Sagan, de Claude Chabrol et de Patricia Highsmith. Autant dire que le suspense, l’intelligence et le plaisir sont au rendez-vous de ce roman aux rebondissements multiples, où chacun est à la fois coupable et victime de sa nature profonde. Un délice.

Mon avis
Merci à Sonatine Editions et NetGalley pour ce SP

"La chambre d'ami" est une histoire assez particulière, un petit "huis-clos" assez étouffant et qui ne va pas lâcher le lecteur jusqu'à la dernière page. Rien d'haletant, d'angoissant, non c'est plus subtil, plus nuancé. Ne vous attendez pas à de grands moments palpitants mais plutôt à une dose malsaine qui va venir pousser comme une graine.

Ce serait mentir de dire que j'ai éprouvé de la compassion pour Charlie, ce "cuisinier" complètement paumé dans sa vie tant personnelle que professionnelle. En fait, je l'ai détesté dès le départ, il a quelque chose de malsain en lui, un côté sournois qui me déplaît! Il s'inscruste comme le ver dans la pomme et ne voudra plus quitter le fruit qu'il a pourri. Pour Charlie, son cousin Matthew lui est redevable, certes il n'a pas la franchise de le dire mais il le pense profondément. Et lorsque son cousin lui propose de venir passer les deux mois de vacances avec lui et son épouse, il va prendre très à coeur cette proposition ... un peu trop à coeur à vrai dire.

Pendant ces deux mois où Matthew est régulièrement absent pour son travail, Charlie va traîner ses pattes et ses oreilles un peu partout. Il va découvrir le secret de Chloé - l'épouse de Matthew - et il va en faire une fixation. Il sera obsédé par ça. Pourtant il a deux choix qui s'offre à lui: ne pas s'en mêler et repartir chez lui ou en parler à Matthew. Mais Charlie est lâche et surtout obsédé par Chloé. Il commettra un acte incroyable et pourtant je ne l'ai pas perçu comme un acte "héroïque". De là, tout part à la dérive et la fin est celle que j'attendais, celle qui était la plus logique mais pas forcément celle que le lecteur pouvait penser selon les derniers moments.

Un bon huis-clos où le personnage principal, Charlie, est assez perturbant voire perturbé lui-même!

mercredi 18 janvier 2017

Le Don empoisonnée de la folie

Couverture Le don empoisonné de la folie
Auteur: Lucia Etxebarria
Ed: Mazarine
Sortie: janvier 2017
Genre: Contemporain
Pages: 340
Synopsis
Lucía a eu une jeunesse tumultueuse et a beaucoup essayé, dans tous les domaines. Elle dit avoir dépensé chez les psys de quoi s’acheter une Porsche. Finalement, sa famille et elle-même se convainquent qu’elle est folle. Jusqu’au jour où elle découvre, à 48 ans, qu’elle est zèbre, c’est-à-dire qu’elle fait partie des 0,5 % de personnes dotées d’un QI supérieur à 140. Quand on est zèbre, on est hypersensible – aux situations, aux personnes, mais aussi aux bruits, aux odeurs… –, ce qui est un don, mais aussi une souffrance. Surtout quand on aime.
Ce texte aurait pu s’appeler La Vie sexuelle de Lucía E. Mais « ça n’a jamais ressemblé à un film porno », dit-elle. Il y a dans ce récit quelque chose d’un journal intime à la sincérité sans fard.
C’est l’histoire d’une femme de sa génération dans un monde désenchanté, une femme très libre, à fleur de peau, qui ne ment pas, ni à elle-même ni à son lecteur.

Mon avis
Merci à Mazarine Editions et NetGalley pour ce SP


Parce-qu'il en fallait un, je suis navrée de dire qu'il s'agit pour moi d'une grosse déception. Attention, une déception car en fait, à la lecture du résumé, je pensais réellement lire un témoignage sur les "zèbres" - personnes dotées d'un QI supérieur à 140 et qui ont longtemps été pris pour soit des originaux ou soit des personnes limite handicapées - et malheureusement, l'auteur ne parle que très peu sur ce sujet. C'est un sujet qui me tenait à coeur car j'avais vraiment envie d'en savoir plus. Et le thème principal de ce livre (ou alors je n'ai rien compris) c'est l'amour et la vie sexuelle de Lucia au travers d'une correspondance. On va passer par les états d'âmes et les états de corps de Lucia.

Grosse déception donc, mais je pense qu'il s'agit d'une mauvaise compréhension de ma part sur le résumé du livre. Je rassure donc tout de suite le futur lecteur, je ne dénigre en aucun cas le livre et l'histoire. Il s'agit donc d'un mauvais choix de ma part car le résumé avait un tout autre sens pour moi et j'étais partie dans un sens littéralement opposé au contenu de ce livre. Je ne vais donc pas vous en dire plus. Je me suis trompée, je n'ai pas saisis le résumé et donc je suis déçue. Désolée ...


lundi 16 janvier 2017

La veuve

Couverture La Veuve
Auteur: Fiona Barton
Ed: Fleuve Noir
Sortie: janvier 2017
Genre: Thriller
Pages: 416
Synopsis
Mari idéal ou parfait assassin ? Elle devait savoir… non ? La vie de Jane Taylor a toujours été ordinaire. Un travail sans histoire, une jolie maison, un mari attentionné, en somme tout ce dont elle pouvait rêver, ou presque. Jusqu’au jour où une petite fille disparaît et que les médias désignent Glen, son époux, comme LE suspect principal de ce crime. Depuis ce jour, plus rien n’a été pareil. Jane devient la femme d’un monstre aux yeux de tous. Les quatre années suivantes ressemblent à une descente aux enfers : accusée par la justice, assaillie par les médias, abandonnée par ses amis, elle ne connaît plus le bonheur ni la tranquillité, même après un acquittement. Mais aujourd’hui, Glen est mort. Fauché par un bus. Ne reste que Jane, celle qui a tout subi, qui pourtant n’est jamais partie. Traquée par un policier en quête de vérité et une journaliste sans scrupule, la veuve va-t-elle enfin délivrer sa version de l’histoire ?

Mon avis


Le coupable est-il toujours celui que l'on croit? L'autre est-il vraiment innocent? Devait-il dénoncer ou continuer à faire semblant de ne pas être au courant? Voilà toute la question concernant Jane Taylor. Est-elle réellement aussi innocente qu'on pourrait le croire? Comment a-t-elle pu vivre sans ne rien voir? Sans ne rien dire? Cela interpelle, on s'interroge. Elle, la femme d'un monstre sans coeur, comment est-il possible qu'elle ne sache rien?

Au fil du temps, on va se rendre compte que Jane est, elle aussi une victime, celle de son mari. Du jour de sa rencontre avec Glen, Jane n'a plus été elle-même, elle a été façonnée par lui, à l'image qu'il voulait d'elle. Et peu à peu, elle sombre dans l'engrenage. Et lorsque Glen passe sous le bus, elle va pousser un soupir de soulagement. Mais, sa vie ne sera néanmoins pas plus paisible pour autant car elle sera pour toujours et pour tous, la FEMME du monstre. Elle va être abandonnée par ses amis, fera les choux gras de la presse qui va la manipuler au plus haut point. Sa vie va être un calvaire.

Et pourtant, je n'ai pas perçu Jane comme une victime, tout au long de ma lecture, j'ai eu cette sensation étrange que Jane cachait bien son jeu. A quoi pense-t-elle? Est-elle aussi fragile qu'elle veut le laisser croire? On oublie néanmoins que c'est la petite Bella la véritable victime, mais que sait Jane à son sujet? Voilà ce qui trotte dans la tête du lecteur! Que sait Jane?

Pour ma part, je n'ai plus à un moment donné perçu Jane comme LA victime. Sans en dire trop, elle me semble se complaire dans ce rôle alors que la manipulation de son mari est évident. Une bonne lecture, assez dérangeante toutefois et qui laisse un sentiment amer.


dimanche 8 janvier 2017

Je choisis pour toi #60




Avec mon amie Lily, nous avions envie de nous booster un peu!
Nous lisons déjà tous les mois des livres en commun, nous avons notre Swap Manga également. A présent, nous avons "Je choisis pour toi".

Les règles sont simples: Lily choisi un livre dans ma PAL que je devrais lire dans le mois et je fais pareil pour elle. Et nous avons aussi décidé de se choisir un livre de notre PAL saga, histoire d'en terminer!

Voici donc ce que j'ai choisi dans sa PAL et qu'elle devra lire pour le 31 janvier au plus tard.

Couverture Everything, Everything 

Lily a choisi pour moi

Couverture Les Chroniques Kanines, tome 2 : Baiser glacé Couverture Zéro déchet


A très vite pour nos chroniques!